Mobilisation des infirmières puéricultrices en Aquitaine, pour informer les familles sur l'importance de la vaccination


5 Avr
2013
Par Emmanuelle Klein
Pas de commentaires

COMMUNIQUE DE PRESSE

DANS LE CADRE DE LA SEMAINE EUROPÉENNE DE LA VACCINATION
DU 20 AVRIL AU 27 AVRIL 2013

Les infirmières puéricultrices membres de L’ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices Diplômées et des Etudiants) se mobiliseront toute la journée du mercredi 24 avril 2013 à l’hôpital des enfants du CHU de Bordeaux, afin d’informer les familles aquitaines sur l’importance de la vaccination. Comme le rappelle Anaïg Bellido, infirmière puéricultrice hospitalière en Aquitaine et membre de l’ANPDE, « informer et rassurer la population Aquitaine sur l’importance de la vaccination devient une priorité. Nous devons éviter que des maladies aux conséquences dramatiques ne reviennent en force et encourager les parents à vérifier les carnets de santé de leurs enfants. Les grands progrès en médecine, à l’échelle du monde, reposent sur le triptyque hygiène-nutrition-vaccination, des règles toujours valables, ne l’oublions pas ! »


La vaccination, ce n’est pas uniquement pour les enfants
Nous constatons régulièrement auprès des enfants, des adolescents et des jeunes adultes que nous suivons de la naissance à 18 ans, de grandes lacunes sur la vaccination complète, celle qui permettrait d’éradiquer des maladies encore mortelles. Il ne s’agit pas de vacciner son enfant seulement lorsqu’il est nourrisson. Le suivi des rappels lorsqu’il est adolescent est tout aussi important rappelle Mme Bellido. Pour palier ce manque de rigueur vis-à-vis du suivi nous proposerons aux familles, lors des portes ouvertes à l’hôpital des Enfants, l’inscription gratuite au carnet de vaccins électronique sur mesvaccins.net.

L’infirmière puéricultrice souligne également que les familles L’esprit des jeux de casino en ligne sur Internet est vraiment une methode agreable pour ameliorer l’expertise de capacite mentale. doivent comprendre les bénéfices individuels de la vaccination pour protéger leurs enfants mais également les bénéfices collectifs. En effet, les sujets à proximité des personnes vaccinées comme les autres enfants, les parents ou les grands-parents sont davantage protégés.

La rougeole, toujours active
Entre 2000 et 2008, le nombre de décès causés par la rougeole a diminué de 78% . Pourtant, alors que cette maladie semblait avoir réellement reculé en France, celle-ci est revenue en force. En cause : une baisse de la couverture vaccinale favorisant la circulation du virus. Les parents pensent que si la maladie n’est plus rencontrée, il n’y a plus de nécessité de vacciner. Alors qu’il s’agit du contraire : la rougeole avait reculé uniquement grâce à la vaccination ! explique la puéricultrice d’Aquitaine. Je constate aujourd’hui une grande confusion chez les parents qui hésitent à faire vacciner leur enfant. Les informations qui circulent, notamment sur le net, sont rarement en faveur de la vaccination. Pourtant, des bébés ou des enfants décèdent de pleuro-pneumopathie, de méningites ou de rougeoles parce qu’ils n’ont pas été vaccinés ou n’ont pas reçu leur rappel : les hôpitaux en constatent régulièrement s’inquiète Mme Bellido.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.