A l’occasion des premiers Trophées de la Santé Mobile en France, les porte-paroles de sept associations de patients apportent leur éclairage sur la mSanté (ou santé mobile). Très intéressés et mobilisés sur ce sujet, ils énoncent les apports des applications mobiles dans le suivi quotidien des malades, mais également l’observance, le lien social ou la prévention. C’est sans oublier de mentionner les enjeux liés à ces nouveaux outils : la protection des données, la fiabilité des informations et le rôle des professionnels de santé.

“La mSanté, c’est l’avenir incontournable de la santé, notamment dans le suivi des maladies chroniques” déclare Carole Avril, Directrice Générale de la Fédération Française des Diabétiques.

» En savoir plus

Le 15 janvier 1934, il y a exactement 80 ans, Irène et Frédéric Joliot-Curie, respectivement fille et gendre de la célèbre physicienne Marie Curie, découvraient la radioactivité artificielle dans les locaux de l’Institut du Radium, aujourd’hui occupés par le Musée Curie. Une découverte qui a durablement marqué l’histoire des sciences et de la recherche contre le cancer. A travers ses contenus historiques, et ses instruments et films d’époque, la visite du Musée Curie permet de revivre ce moment fort. En route pour un voyage dans le passé !

» En savoir plus

Organisés par dmd Santé, en partenariat avec des sociétés savantes médicales et des associations de patients, les premiers Trophées de la Santé Mobile en France seront remis le 20 janvier prochain à l’occasion d’une soirée dédiée à la santé mobile, à Paris, au Forum des Images. Un événement destiné à mettre en lumière l’apport des applications de santé téléchargeables sur les smartphones et tablettes pour les professionnels de santé, les patients et les personnes bien portantes.

Des trophées pour dessiner la santé mobile de demain

A l’heure où 46% de la population française est déjà équipée d’un smartphone[1]

Où 94% des médecins ont un usage professionnel de celui-ci[2]

Et où 7 millions d’internautes sont des mobinautes santé[3]

Pour Guillaume Marchand, médecin, co-fondateur de dmd Santé et Président du jury des Trophées de la Santé Mobile : Ces trophées sont destinés à montrer la voie à suivre : celle des usages”. De fait, en avril 2013, près de 7 mobinautes santé sur 10 n’avaient pas téléchargé d’application mobile de santé car ils n’en avaient pas trouvées ou n’en voyaient pas le besoin3. De plus, en juin dernier, une étude publiée au sein du Journal of medical internet research[4] montrait que beaucoup de maladies, même les principales selon l’OMS, sont encore exclues du champ de la santé mobile.

» En savoir plus

Jeudi 5 décembre 2013 de 17h00 à minuit, le CollectiFFluo ouvrira ses portes au 35 rue d’Hauteville pour enrichir ses Communautés d’œuvres. Une nouvelle opportunité pour le public de vivre une expérience interactive et artistique unique : choisir et s’approprier une « part d’œuvre » pour réinterpréter le travail des artistes.

» En savoir plus

Jeune diplômé(e) en communication ? Intéressé(e) par les relations presse et la communication digitale ? Vous souhaitez intégrer une équipe dynamique en tant que consultant(e) RP junior en CDI à partir de janvier 2014 ? Rejoignez-nous !


» En savoir plus

Le Musée Curie vient de se voir attribuer le label Maison des Illustres par le Ministère de la Culture et de la Communication, en hommage aux trois prix Nobel qui ont dirigé le laboratoire dans lequel le Musée est installé : Marie Curie, Irène Joliot-Curie et Frédéric Joliot. En effet, ce label permet d’identifier les lieux conservant la mémoire des hommes et femmes qui se sont illustrés dans l’histoire culturelle, artistique, scientifique ou politique du patrimoine français. Un critère que le Musée Curie, de par sa localisation et son contenu, remplit parfaitement.

 

Le Musée Curie, un vrai bijou de mémoire et d’histoire

Renaud Huynh, directeur du Musée Curie, s’est exprimé à ce sujet : “Nous avons déposé un dossier de candidature pour la troisième campagne de labellisation en 2013 et le Musée Curie vient d’obtenir ce label. Nous sommes fiers de faire désormais partie des 30 sites d’Ile-de-France, et des 170 sites français, labellisés Maison des Illustres.Outre le signe d’une reconnaissance officielle, ce label apporte au musée une nouvelle visibilité et montre l’intérêt national porté à son patrimoine”. Pour obtenir ce label, les sites culturels qui candidatent doivent tout d’abord conserver des traces qualitatives de la mémoire des femmes et hommes qui les ont habités ou qui y ont réalisé leurs oeuvres. Ces lieux doivent également être correctement accessibles, à la fois de façon physique, avec des installations prévues pour les personnes à mobilité réduite, mais aussi au niveau de leur contenu informatif et culturel, dans un souci de transmission de la mémoire. Enfin, leur objectif ne doit pas être commercial et mercantile, mais bien culturel et patrimonial. Autant de critères que le Musée Curie remplit.
Nous sommes très heureux, au Ministère, de voir ce lieu labellisé, a précisé Laurence Isnard, Conseillère musées à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) Ile-de-France. Ce Musée est un vrai petit bijou, situé au cœur de Paris, dans un endroit paisible, protégé et chargé d’histoire. Conserver et valoriser ce patrimoine culturel est très important, à la fois pour l’aura de la famille Joliot-Curie, pour l’originalité du lieu et pour sa récente rénovation. Cette labellisation est d’autant plus remarquable qu’elle réussit à mettre en avant deux catégories encore trop sous-représentées parmi les labellisés Maison des Illustres : les personnalités scientifiques et les femmes”.

 

Entretenir un rapport intime de mémoire avec les illustres

Le Musée Curie occupe les anciens locaux de l’Institut du radium, créé par Marie Curie en 1914 : entre instruments et mobilier d’époque, la visite est une véritable promenade dans les pas de la physicienne. En effet, les visites guidées, proposées gratuitement tous les quatrièmes samedis du mois, permettent aux visiteurs d’accéder aux salles historiques que sont l’ancien bureau et l’ancien laboratoire de Marie Curie. “C’est le seul moyen de pouvoir pénétrer dans ces pièces, précise Renaud Huynh. Une atmosphère particulière et magique s’en dégage, un sentiment inédit qui touche les visiteurs quand ils réalisent qu’ils empruntent le même chemin que Marie Curie, en passant de son bureau au laboratoire par une petite porte qui lui était réservée”.
C’est cette dimension de rencontre avec l’intime et de relation personnelle avec des personnes illustres qu’offre le Musée Curie tout au long de l’année, et qui justifie l’attribution du label Maison des Illustres.
Outre les pièces historiques, c’est toute l’histoire du parcours personnel et scientifique de la famille Curie et Joliot-Curie qui est à découvrir, grâce à des contenus inédits et des objets d’époque restaurés. En attendant la pose de la plaque signa- lant le label au mois de décembre à l’entrée du bâtiment…

Dans le cadre de la Fête de la science, le Musée Curie propose, du 9 au 12 octobre, différentes animations pour sensibiliser ses visiteurs à la recherche scientifique et à l’histoire des sciences. Visites guidées, exposition de photos de cellules au microscope, expérience scientifique de mesure de la radioactivité, conte pour enfants sur la vie de Marie Curie ; la Fête de la science se vit “en tout petit” et intensément au Musée Curie cette année, pour les petits et grands !

 

Pedagogie et histoire : mesurer la radioactivité comme en 1898

La Fête de la science, c’est l’occasion unique donnée au grand public de toucher du doigt la science et la recherche scientifique; et surtout de stimuler sa curiosité scientifique en manipulant, testant, et participant à des animations dédiées à la science.
Dans cette optique, le Musée Curie propose une expérience unique : la reconstitution, au cours d’une conférence-atelier en petit comité, de la célèbre expérience scientifique appelée “méthode Curie”, mise au point en 1897 par Pierre Curie pour mesurer quantitativement la radioactivité. Renaud Huynh, Directeur du Musée Curie et passionné par les sciences, présente cette animation : “Cette manipulation est idéale pour sensibiliser les visiteurs à l’histoire des sciences modernes. En effet, elle se pratique sur des instruments anciens restaurés, qui ont l’avantage d’être tangibles et accessibles, contrairement aux instruments informatiques et technologiques utilisés aujourd’hui par les chercheurs. De plus, elle sollicite particulièrement les sens des spectateurs, la vue, le toucher, l’ouïe, pour appréhender un phénomène qui se déroule à l’échelle atomique et auquel nous n’avons habituellement pas un accès direct”.
Nul besoin de pré-requis scientifiques pour venir apprécier la conférence-atelier de Renaud Huynh : “Le principe est d’expliquer cette expérience avec des termes très simples, sans insister sur les aspects techniques ou numériques, et montrer aux visiteurs comment Pierre et Marie Curie ont pu réaliser de grandes découvertes avec seulement trois bouts de ficelle”.

 

A la découverte visuelle des cellules

Dans la droite lignée du thème choisi pour l’édition 2013 de la Fête de la science, “De l’infiniment grand à l’infiniment petit”, le jardin du Musée Curie accueille, depuis le mois de juin, son exposition inédite intitulée “Portrait(s) de cellule”. Il s’agit de vingt photographies surprenantes de cellules observées au microscope et les portraits des chercheurs et ingénieurs de l’Institut Curie associés à ces clichés. Leurs regards sur leurs outils de travail permettent de décrypter ces images scientifiques et de découvrir les métiers de la recherche sur le cancer. “Le but de l’exposition est de présenter ces images du monde cellulaire, regorgeant de surprises visuelles et colorées, obtenues grâce aux outils ultra-performants des chercheurs de l’Institut, comme des œuvres d’art à part entière, capables d’émouvoir et d’interpeller les visiteurs” explique Nathalie Huchette, responsable de l’action culturelle du Musée.
Face au succès de l’exposition au printemps, le Musée a décidé de la prolonger jusqu’au 31 octobre. La Fête de la Science sera donc l’occasion, pour le grand public, de venir (re)découvrir ce parcours visuel ludique et poétique au cœur de l’infiniment petit.

 

La Fête de la Science, c’est aussi pour les petits visiteurs !

L’amour des sciences peut se révéler dès le plus jeune âge, et le Musée Curie n’oublie pas son jeune public. Le samedi 12 octobre, la conteuse professionnelle Elisa Bou interprètera son spectacle vivant “Marie Curie, magicienne du radium” pour les enfants de 6 à 12 ans. Une façon de découvrir l’histoire de la célèbre physicienne, en stimulant l’imagination et les émotions des enfants, grâce à une narration vivante qui s’appuie sur des accessoires, et même quelques chansons polonaises. Un merveilleux voyage dans le temps, sur les traces de Marie Curie, à ne pas manquer !

Les livrets-enquêtes, distribués gratuitement aux jeunes visiteurs, seront également disponibles, pour transformer leur visite en une véritable enquête ludique et pédagogique, à l’aide d’énigmes, de coloriages, de grilles de mots, de textes à trous… adaptés à deux niveaux différents : les 8-12 ans, et les 13-15 ans. “L’aspect interactif, pédagogique et ludique de ces livrets est indéniable car l’enfant doit trouver les réponses aux petites énigmes en cherchant vraiment partout dans le Musée” précise Nathalie Huchette. Les adultes prendront également plaisir à remplir ces livrets avec leurs enfants, une façon de lier petits et grands dans une visite plus amusante et une expérience partagée de la Fête de la Science.
Rendez-vous au Musée Curie, du 9 au 12 octobre, pour quatre jours d’animations et de célébration des sciences !


Réingénierie du diplôme d’infirmière puéricultrice

Le 13 juillet dernier, plus de 200 infirmières puéricultrices, infirmiers puériculteurs et étudiants de la spécialité se sont réunis devant le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé pour manifester leur mécontentement : la profession est toujours en attente d’un cadrage interministériel (Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) sur le niveau de grade Master. Cette première action a abouti à un entretien avec les cabinets des Ministères concernés qui ont demandé de patienter concernant les décisions relatives à la formation, dans l’attente de la publication du rapport de l’IGAS/IGAENR1 sur le dispositif LMD des professions paramédicales, annoncée fin juillet 2013.

A ce jour, le rapport n’est toujours pas rendu public et l’évolution de l’exercice de la profession n’est pas à l’ordre du jour !

Comme annoncé le 13 juillet dernier, Sébastien Colson, Président de l’ANPDE, soutenu par l’ensemble du Conseil d’Administration de l’association, et Patricia Faivre, Présidente du CEEPAME (Comité d’Entente des Écoles Préparant Aux Métiers de l’Enfance) lancent un nouvel appel au rassemblement le 27 septembre prochain pour marquer les 30 ans d’un programme de formation obsolète pour les puéricultrices.


» En savoir plus

A l’occasion du Colloque Numérique et Santé + Autonomie, Arnaud Muret de Réunica, Giovanni Ungaro de Legrand et Patrick Malléa du Centre National de Référence Santé + Autonomie ont présenté leur vision du développement de l’esanté et du numérique au service de l’autonomie. Une vision complémentaire alliant prospective de l’acteur de la protection sociale, capacité de production et de diffusion de l’industriel et volonté de décloisonner pour mieux labelliser de la part du Centre national de référence, officiellement mandaté par le Ministre du Redressement productif et la Ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie pour mener à bien ce chantier.

» En savoir plus

Paris, le 4 juillet 2013 • Dévoilée à l’occasion du colloque numérique santé & autonomie, la deuxième édition de l’Indice de confiance numérique & santé, le baromètre de la e-santé, révèle une progression certes faible mais réelle. A 2 ans, celui-ci passe de 4,72 / 10 en 2012 à 4,80 en 2013, à 5 ans il évolue de 6,40 / 10 à 6,43 / 10. Pour Sandrine Degos, Directeur Santé & Autonomie du Groupe AEF et Directeur du Cercle des Décideurs Numérique & Santé à l’initiative de ce baromètre : “Un tel résultat, rapporté au contexte économique des 12 derniers mois, montre que la e-santé et le numérique au service de l’autonomie sont désormais bien ancrés en France et que les conditions préalables au déploiement sont désormais en place”.


» En savoir plus

Lauma Communication